English version

Festival International du film documentaire océanien

Débat n°8 : les voies de la Polynésie numérique

En étant à l’écoute des débats, des paroles des intervenants des territoires invités, des intervenants de la Polynésie française, comment le politique assume et propose le développement de la Polynésie en appui des leviers qu’offrent les numériques ? Le Ministre de l’Economie Numérique, Teva Rohfritsch, a présenté lors de cette rencontre le plan de développement de l’économie numérique du Pays – Te ara hotu – vision globale établie grâce, entre autres, aux précédents états généraux.

Comme l’a rappelé Michel Paoletti, Président des Rencontres Numériques, en ouverture de cette dernière conférence du FIFO, le numérique « ce n’est pas seulement Internet, c’est tout ce que l’on fait avec… Il offre de grandes possibilités en terme de création d’emplois à haute valeur ajoutée pour tous les Polynésiens ».

Teva Rohfritsch, Ministre de l’Economie Numérique

« Je ne vais pas vous détailler aujourd’hui la centaine d’actions regroupées au sein de ce nouveau plan d’action numérique, mais en faire une présentation des substances essentielles. Ce plan de développement de l’économie numérique Te ara hotu* s’inscrit sur 5 ans, il comprend une série de 100 actions issues de tous les échanges que nous avons pu avoir avec professionnels, étudiants, institutions, etc., lors des derniers états généraux. Il permettra de guider action publique et privée dans le vaste domaine du numérique et de donner un éclairage à tous ceux qui le souhaitent pour mieux cerner les priorités. Ces actions visent à développer une véritable économie numérique polynésienne, elles sont cadencées sur les 5 années à venir afin d’optimiser leur efficacité, selon un calendrier précis. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’idées et la technique n’est plus un frein à leur déploiement, mais il reste à s’accorder sur une ambition collective. Celle-ci est absolument nécessaire. Car l’efficacité de ces actions numériques dépend de notre capacité à définir et à mettre en œuvre une politique globale.

Voici les principaux points de ce plan de réalisation :

- Réduire la fracture numérique (sociale et géographique) ;

- Accompagner la population ;

- Densifier le réseau 3G ;

- Engager le projet de second câble sous-marin (ndlr : voir compte-rendu du débat n°2) ;

- Développer les équipements, les usages et les réseaux, les infrastructures et leur financement, les services alternatifs d’accès à Internet avec technologie Wimax, l’accès aux nouvelles technologies dans les établissements scolaires du Pays, l’e-administration, l’e-santé, l’e-commerce (solutions packagées pour les entreprises), mettre en place des « hot spots » dans les zones défavorisées (socialement et géographiquement).

Mais aussi : créer une filière numérique, des emplois hautement qualifiés, attirer les entreprises étrangères en transformant nos handicaps (décalage horaire, isolement) en atouts… Autant de perspectives pour une reconversion « éco-numérique » de notre Pays qu’il nous revient de concrétiser.

Tout le monde sait que la Polynésie française est un territoire grand comme l’Europe : la question de l’accès au numérique ne se pose pas seulement à Papeete ou à Mahina. Équiper un atoll de 300 habitants d’une technologie aussi performante qu’à Tahiti est un défi majeur, complexe mais essentiel pour l’avenir.

La mise en œuvre de ces actions a été estimée à 4,5 milliards (sans les infrastructures).

Mon vœu le plus cher, au-delà des péripéties de la politique polynésienne, est de voir ce plan aboutir. Le numérique est assurément une nouvelle voie de développement de notre pays. »

Michel Paoletti termine en affirmant qu’après 3 ans de Rencontres Numériques, le niveau des débats n’avait cessé de progresser. « L’aide de Marcel Desvergne, dont les connaissances dans le domaine sont sans fin, y est pour beaucoup. Nous achevons ces 3èmes Rencontres Numérique avec le sentiment d’avoir évolué : maintenant, il faut passer à l’action ! Les prochaines Rencontres Numériques seront sans doute d’un format différent, car adaptées aux nouvelles évolutions du numérique en Polynésie. A l’année prochaine. »

Wallès Kotra remercie au nom de l’association du FIFO tous les organisateurs, intervenants et participants de ces 3èmes Rencontres Numériques. « Désormais au FIFO, à côté du village des ‘images’ de l’Océanie d’aujourd’hui, nous avons un village du numérique tel qu’il émerge en Polynésie. Ces deux visages sont maintenant inséparables. Je crois que nous, petits peuples du Pacifique, nous pouvons impulser grâce à cette nouvelle ouverture au monde sans rien perdre de notre saveur. »

Intervenants :

Teva Rohfritsch, Ministre de l’Economie Numérique

Wallès Kotra, Président de l’association FIFO

Michel Paoletti, Président des Rencontres Numériques

Marcel Desvergne, Président d’Europe Aquitaine Communication

* Voir www.tearahotu.pf

Partagez cet article

Laisser une réponse


TEASER FIFO 2014-Polynésie 1ere

Jacob LUAMANUVAE