English version

Festival International du Film documentaire Océanien

Le va’a dans les veines : Une aventure humaine

va'a - denis pinsonLe va'a dans les veines est un portrait croisé de trois passionnés de va'a. Ils le vivent de manière complètement différente. Nous avons le champion ; un outsider qui vise un titre et enfin papi Tavi qui à 72 ans est le doyen de la compétition. Papi Tavi a fait toutes les compétitions et continue à ramer même s'il arrive dernier ou avant dernier de la compétition. “Papi Tavi a cette passion du va'a. Il a l'amour, l'envie et cette volonté de continuer. Il a surtout cette volonté de partager son expérience et de transmettre tout cela à la nouvelle génération. C'est vraiment un travail de transmission”, explique Denis Pinson, le réalisateur. Et de poursuivre : “Il veut vraiment leur apprendre les valeurs du va'a, le travail en équipe. Ce sont vraiment des choses qui lui tiennent vraiment à cœur. C'est ça qui fait qu'il arrive encore à ramer des journées entières.”

 

Si certains se demandent pourquoi un énième film sur le va'a, Denis Pinson répond du tac au tac : “Il y a effectivement plein de films qui parlent du va'a et de Hawaiki nui parce que c'est un sujet qui passionne les gens. Là nous avons suivi la course différemment. Nous sommes vraiment au cœur des choses où l'on voit les personnes prier, boire leur café... Nous nous sommes dit que nous n'allions pas le traiter que du côté sportif, avec la compétition, les clubs... mais que nous allions faire quelque chose de beaucoup plus humain. Et c'est pour cette raison que nous avons tenté de trouver trois profils différents”.

Trois profils représentatifs de la Hawaiki nui va'a sont ainsi présentés. “Il fallait trouver les bonnes personnes comme papi Tavi, Wilfred et Eric”, explique le réalisateur, sans dévoiler tout le documentaire pour le public qui voudrait encore le découvrir au Fifo.

 

Le va'a dans les veines, une histoire d'homme, donc. Et pour créer un tel documentaire, les réalisateurs se sont donné les moyens techniques. Un visuel travaillé. “Depuis des années, il y a beaucoup de documentaires sur cette course. Cependant, la technologie a beaucoup évolué. Nous nous sommes donc munis de GoPro ou de drones. La qualité de l'image a augmenté, notamment avec les caméras embarquées. La technologie nous permet de faire de belles choses. Avant, c’était plutôt réservé aux grosses productions”, souligne Denis Pinson.

Le son n'est pas en reste. Le va'a dans les veines se sont des images recherchées mais aussi un travail sonore. “Le son est un point essentiel de manière générale dans un documentaire ou un film. Si on a de belles images, une belle histoire et un son pourri, cela ne marchera pas. Si derrière, on n'entend pas ce qui se passe, on ne comprend ce que les gens disent ou on ne comprend pas l'action, ça ne marchera pas. Là, nous avons travaillé pour avoir un son propre, de l'ambiance et des sons d'eau, de coups de rame, de bateaux, de gens qui crient car c'est aussi tout cela Hawaiki nui”, insiste Denis Pinson.

 

L'importance, pour la réalisation, de donner à voir et à entendre pour le spectateur. Une immersion dans le monde du va'a. “Nous voulions vraiment plonger les spectateurs dans la course, dans le film, dans l'instant, dans l'émotion. C'est essentiel aujourd'hui pour faire un documentaire”, précise Denis Pinson.

Une invitation au voyage, à la découverte pour les initiés et néophytes. Le va'a dans les veines, une aventure humaine de 128 km.

 

FIFO –Poehere Hunter

 

 

Partagez cet article

Laisser une réponse


Bande annonce du FIFO 2017

Jacob LUAMANUVAE